Photo en plongée et avec le sourire !

Mercredi 21 septembre 2022

Troisième séance avec les enfants de Mainvilliers.

Aujourd’hui avec les élémentaires comme avec les maternelles nous avons travaillé sous forme de deux ateliers.

Le premier atelier : Je prends une photo en plongée

  • Choisir et mimer une émotion
  • Prendre une photo en plongée

Celui qui faisait le modèle devait choisir une émotion parmi la balle en mousse et la mimer.

Le photographe, lui, avait pour consigne de prendre la photo en plongée.
Nous avons ensuite échangé sur l’avantage et l’inconvénient de ce genre de cadrage et on s’est demandé dans quel cas de figure cela pouvait bien nous servir en tant que « Photographe ».
Et comme il fallait bien montrer l’exemple, je me suis prêtée au jeu des émotions.

Sourire
Photo en plongée

Le second atelier : Je suis un Super Héros

Nous avons commencé à sélectionner les photos que nous allons utiliser pour le montage, aussi bien les photos de prise de vue que les photos de notre univers.
Nous continuons à rechercher les visuels pour le montage.
Avec les maternelles, nous avons effectué deux montages, on traine un petit peu plus avec les élémentaires.
Ce n’est pas bien grave et en même temps restons concentrés, il nous reste 4 séances pour tout terminer.

Selection des photos

J’accueille ma colère

Mercredi 14 septembre 2022.

Deuxième séance avec les élémentaires, un petit focus sur comment accueillir sa colère.

La séance ne s’est pas tout à fait déroulée comme je l’avais prévue, nous n’avons pas pu lire les livres qu’on avait choisis :  
Je suis joyeux, Je suis tout fou-fou et Je boude.  

La cause me diriez-vous ?

J’accueillais un nouvel enfant qui n’avait pas choisi mon activité
(pour resituer le contexte, à la base se sont les enfants
qui choisissent de venir ou non dans les activités proposées)
et cela se ressentait.
Dès son arrivée, je le vois se diriger vers ma valise de matériel et sortir
la marionnette de Chacal. Il commence alors à jouer avec.

Je l’observe dans un premier temps et ne dit rien, ensuite je le regarde
et je lui dis « Tu as fait ton Chacal ? ».

Bien évidemment il ne comprend pas mon allusion au fait qu’il avait pris
un objet m’appartenant sans me demander la permission.

L’enfant me répond alors « J’ai fait quoi ? »
Ce sur quoi je répète, « Tu as fait ton Chacal ? »
Il réplique alors « C’est quoi ça, faire son Chacal ? »
A ce moment-là, je me tourne vers les enfants qui étaient présents
à la première séance et je leur demande s’ils veulent bien expliquer
au nouveau venu qui est Chacal. C’est avec un immense plaisir
que j’assiste à l’explication des enfants.

Au fil des explications et des interventions, nous en arrivons
à parler de la colère qui monte, qui monte et qui monte.

« Parfois, je n’arrive pas à me contrôler me dit cet enfant les poings tout crispés », j’avais cette sensation qu’il allait bondir pour frapper quelqu’un.

Je pose alors la question : Mais comment faire quand on est en colère ?

Nouveau débat, dans un premier temps, je laisse les enfants émettre des solutions puis, je leur propose la mienne. Ils trouvent ça plutôt pas mal mais trop compliqué à retenir. J’entends alors une petite voix me dire
« Et si tu le faisais comme une poésie avec des rimes ? »

Je vous rassure ce n’était pas une petite voix dans ma tête, mais bel et bien
un enfant qui me soufflait une piste très intéressante. Mon cerveau rentre
alors en ébullition, ça y est, je sais !

Alors voilà mon nouvel outil, un petit mantra à répéter quand on se sent
en colère.

Bon à savoir : Les émotions arrivent 5 secondes avant la pensée.
Quand on se sent en colère, nous mettons donc 5 secondes pour comprendre ce qui nous arrive, malheureusement ces 5 secondes suffisent à l’émotions pour nous faire faire l’irréparable.

Voilà donc un petit outil qu’on peut répéter avec l’enfant.

Quand la colère monte souviens toi de cela.

1,2,3 Bouge pas
Ne frappe pas
Respire 5 fois
Et éloigne-toi.

J’ai proposé à l’enfant qui n’avait pas choisi mon atelier de le prononcer à haute voix et de me dire s’il avait toujours envie de frapper ou s’il avait envie de s’éloigner. Finalement, il s’éloigne du groupe à peine 2 minutes et revient tout sourire en me disant qu’il voulait bien essayer de devenir Girafe, mais qu’il n’était pas sûr d’y arriver. « Ce n’est pas grave lui ai-je répondu, le vouloir c’est déjà une victoire. »

Soit, nous avons fait un peu moins de photo et en même temps ces moments font parties intégrantes de mes activités, s’arrêter pour accueillir l’émotions de l’enfant.

C’est avec joie que nous avons poursuis les exercices et c’est avec joie que j’entendais parfois l’un des enfants dire à un autre, « Tu fais ton Chacal là ».

 

Exercice de cadrage : Je reproduis l’exemple

Exercice de cadrage

Je mets en scène mes émotions

Je suis un super héros

Animation sur le mouvement

Mercredi 14 septembre 2022.

Deuxième séance avec les maternelles sur comment faire une photo en mouvement.

Je photographie

Deuxième journée passée avec les enfants de Mainvilliers à Anim’Accueil
Je retrouve des « petites têtes » présentes à la première séance et il y a des nouveaux aussi.
L’adaptabilité, le maître mot de l’animation. Je jongle constamment entre poursuivre mon projet avec ceux qui étaient là, à la première séance et ceux qui arrivent en cours de route. Pas simple me diriez-vous. C’est aussi ce qui fait le charme de ce métier, faire de l’imprévisible une force, retourner ce qui pourrait-être un problème comme étant une solution.

Comme prévu, sur cette deuxième séance, nous avons lu le livre : 
Les émotions de Gaston : « Je suis tout fou-fou ».

Les émotions de Gaston : Je suis tout fou-fou
  • Notre objectif sur les émotions : Comprendre comment on se sent quand on est « Tout Fou fou ».
  • En photographie : Prendre une photo en mouvement quand on fait son Fou fou.

Après la lecture du livre, nous avons fait comme Gaston, nous avons fait de grands bons et nous sautés dans tous les sens.
À mon grand étonnement, les enfants n’ont pas trouvé ça très amusant de faire son « fou fou » ils ont préféré, sauter juste de joie. 
Nous avons donc décidé de travailler le mouvement en photo avec le thème
« Je saute de joie ».

Je saute de joie

Les enfants se sont rendu compte qu’il n’était pas si facile que cela de prendre des photos en mouvement et il a bien fallu demander au modèle de recommencer son saut plusieurs fois. Hé oui ! c’est sportif la photo.
C’est donc à tour de rôle qu’ils ont sauté de joie et pris des photos.

Je saute de joie

Je suis un super Héros

Nous avons également avancé notre projet « Je suis un super Héros ».
Les enfants ont choisi un masque et maintenant ils commencent à réfléchir à un univers.
Mais c’est quoi un univers ? Très bonne question.
Une image valant plus que des mots, c’est en utilisant internet que je trouve et montre des exemples d’univers de super Héros.

Les idées commencent à germer.
« Je veux voler au-dessus des immeubles »
« Je veux être à la mer »
« Je veux des feux d’artifice »
« Je veux être sur la lune »

Ça y est, les enfants commencent à se projeter dans leurs univers.
La prochaine étape consiste à rechercher et choisir les images pour notre fond.

Je suis un super Héros

J’intègre AINEE, la couveuse d’entreprises de BGE

Ça y est j’intègre officiellement la couveuse AINEE de BGE.

 Son objectif m’accompagner pendant six mois dans la mise en place de mon projet professionnel qui est de devenir Art-Thérapeute en Photo-Thérapie.

Cela fait un moment que l’aventure a commencé dans ma tête. Maintenant, je la vis.

Il y a encore beaucoup de travail à faire, l’entrepreneuriat n’est pas de tout repos.

Et en même temps cette image de femme libre qui ose aller au bout de ses idées me plait. J’aime cette image de moi.

« J’entreprends sur les Portes Euréliennes »

Aujourd’hui j’ai assisté à la première réunion de BGE qui devient partenaire de la Communauté de Communes des Portes Euréliennes d’Ile de France.

Lors de cette réunion, j’ai pu rencontrer des collègues qui se lancent dans l’entrepreneuriat et qui travaillent également le côté émotionnel.

Cette réunion a été plutôt une bonne chose. Cela m’a permis d’échanger et de me rendre compte que je n’étais pas seule.

Cela confirme aussi le fait que je souhaite intégrer la couveuse* de BGE.

 
*Une couveuse d’entreprises est un dispositif d’accompagnement à la création d’entreprise. « Les couveuses sont des structures accueillant les porteurs de projet en amont de la phase de création effective de l’entreprise.